L'hygiène féminine en mode Slow

Vous êtes plutôt tampon ou cup ? Serviette jetable ou lavable ? Pour une hygiène féminine en mode Slow, découvrez ce qui se cache derrière chaque produit et suivez nos conseils !

L'émission de télévision "La Quotidienne" sur France 5 faisait le point cette semaine sur l'opacité qui entoure la composition des tampons en France aujourd'hui, et Constance Sycinski, la coordinatrice générale de l'Association Slow Cosmétique y a expliqué la position du mouvement. L'occasion pour nous de revoir ici les options qui s'offrent à celles qui veulent une hygiène féminine à la fois propre, saine et économique.

Que reproche-t-on aux tampons conventionnels ?

Comme expliqué dans le reportage ci-dessus, rien n'oblige les fabricants de tampons de mentionner les composants sur la boîte. On suppose que c'est du coton, mais il s'agit en fait plus souvent de viscose, une fibre artificielle issue du bois et traitée pour devenir le tampon que vous trouvez dans le commerce. Dans tous les cas, la culture de la matière première (coton ou bois) se fait à l'aide de produits chimiques et, pour blanchir les fibres afin d'avoir le blanc bien net final, c'est souvent du chlore ou des équivalents qui sont utilisés. Résultat : un tampon peut contenir des traces de pesticides et autres substances potentiellement dangereuses, le tout étant absolument malvenu dans un vagin, comme vous vous en doutez. D'autant plus quand on fait le compte du nombre de jours dans une vie pendant lesquels une femme insère ce produit (et les indésirables qu'il contient) en elle.

Ajoutons à cela que chaque tampon part dans les toilettes faire voyager dans la nature les composés chimiques dont nous venons de parler...

Et les protège-slips alors ?

Comme les tampons, on ne sait pas très bien de quoi ils sont faits donc même si on ne les insère pas dans le corps, ils sont en contact régulier avec une zone fragile et devraient donc être d'une composition irréprochable. Or la présence de parfums "anti-odeurs" et de colorants sur certains modèles laisse penser que l'évolution du secteur n'est pas à la simplification et à la purification, mais plutôt l'inverse.

Étant à usage unique, la serviette jetable contribue en outre à grossir notre volume de déchets quotidien. Peut mieux faire donc...

Tampax va indiquer ces prochaines semaines la composition de ses tampons sur la boîte, qu'est-ce qu'on en pense ?

L'Association Slow Cosmétique considère la décision de Tampax comme un premier pas positif, qui prouve que sous la pression des consomm'acteurs (à l'origine la pétition qu'a lancé cette étudiante française en 2015), une marque peut amorcer un changement bénéfique.

Il faut toutefois avoir conscience que ce n'est pas parce qu'on verra dans les composants qu'il y a par exemple du coton, qu'on en saura plus sur la présence de résidus de pesticides et autres composés indésirables dénoncés actuellement.

Souhaitons-nous continuer à soutenir cette industrie du coton jetable et blanchi au chlore dont les garanties pour notre santé comme pour la planète posent question ? Des alternatives existent, alors faisons ensemble le tour des possibilités.

cup

Quelles alternatives naturelles ?

Pour les adeptes des tampons, qui ont besoin de liberté et de discrétion, c'est la "cup" qui remplira le mieux la mission.

En complément ou à la place de la cup, il y a les protège-slips lavables, qui remplacent aussi leurs équivalents jetables bien sûr.

Julien Kaibeck a récemment décrit ces alternatives donc plutôt que de le paraphraser, nous vous invitons à lire son article et à vous renseigner sur les options qui pourraient vous correspondre.

La Slow Cosmétique vous invite avant tout à mieux connaître votre corps et à l'apprivoiser en douceur. Chacune réagit différemment et est plus ou moins à l'aise avec ses règles, à vous de faire en douceur les changements qui vous conviennent. Pour celles qui se sentent très à l'écoute de leur corps, il y a aussi l'option du "flux instinctif", utilisé notamment par certaines cultures du monde qui ont gardé une conscience très développée de leur corps, contrairement aux Occidentaux qui cherchent plus souvent à faire taire/obéir leur corps qu'à l'écouter.

Côté coûts, les options Slow étant durables, elles sont évidemment plus onéreuses à l'achat initial, mais dureront plusieurs années donc l'économie dans le temps est bien réelle, sans parler de la réduction des déchets, qui devient une préoccupation majeure dans tous les pays développés.

À chacune de creuser la piste qui lui convient, comme souvent, il n'y a pas UNE bonne solution, mais plusieurs, le principal étant que vous vous sentiez bien avec la vôtre ;-)

À propos de l’auteur

L'équipe de la Slow Cosmétique
Les membres de l'Association Slow Cosmétique se liguent pour faire la révolution dans votre salle de bain !

Veuillez patienter...

Vous venez d'ajouter ce produit à votre panier :

Voir mon panier et commander

Voir mon panier et commander