Label NATRUE : de nouvelles exigences pour 2021

Le label NATRUE a mis à jour fin 2020 la liste de ses critères. Décryptage...

NATRUE, c’est une organisation internationale à but non lucratif, comme l’Association Slow Cosmétique (AISBL). Elle promeut et protège la formulation de cosmétiques naturels et biologiques en établissant une norme. Son label est basé sur un certain nombre de critères à respecter. La labellisation NATRUE est possible aussi bien pour les matières premières que les produits finis. 

Dès le 1er janvier 2021, dans un objectif de davantage de transparence et d’information vis-à-vis des consommateurs, une mise à jour de leurs exigences entre en vigueur. Mais quels changements par rapport au label NATRUE actuel ?

Plus de clarté

On note un passage à 2 niveaux de certification, au lieu de 3 jusqu’à maintenant afin d’apporter davantage de clarté. Les cosmétiques labellisés NATRUE seront désormais certifiés, soit « naturels » , soit « biologiques ». La mention « cosmétiques naturels en partie biologiques » disparaît.

Cela va probablement augurer plus de lisibilité pour les consommateurs qui recherchent des cosmétiques bio.

Une meilleure traçabilité

Une meilleure traçabilité des matières premières naturelles ou dérivées de l’huile de palme/palmiste. Ces dernières doivent désormais provenir du référentiel RSPO ou à défaut, d’une autre chaîne d’approvisionnement durable certifiée. À noter néanmoins qu’en cas de certification biologique de la matière, la certification RSPO n’est pas obligatoire. Natrue a décidé de cette évolution en accord avec les principes des "17 objectifs de développement durable (ODD)" des Nations Unies. Ceci afin que la durabilité devienne une nécessité et non un choix.

NOTE : Sur ce point, le label NATRUE est en phase avec la position du label Slow Cosmétique, qui est cependant un peu plus strict. Le label Slow Cosmétique n’accepte pas l’huile de palme hydrogénée, ne tolère les dérivés d’huile de palme que dans certains produits où leur présence est justifiée, et jamais en tant qu’ingrédient principal ni secondaire, plutôt en présence discrète pour des raisons précises de galénique.

Les matières premières certifiées

Toutes les matières premières utilisées dans les produits labellisés NATRUE doivent elles-mêmes être approuvées ou labellisées NATRUE (sauf si elles sont déjà certifiées dans le cadre de la Famille de normes IFOAM, dont Nature&Progrès par exemple en Europe). Cela ne s’applique évidemment pas pour l’eau, ou les matières non certifiables.

Un cadrage des allégations 

Natrue demande davantage de clarté et d’homogénéité dans les allégations, l’étiquetage et la communication, portant sur les qualités naturelles et biologiques des produits. Elles doivent refléter authenticité et sincérité du fabricant.

Une marque labellisée NATRUE s’engage ainsi à mettre sur le marché une majorité de produits respectant toutes les lignes directrices de la Charte NATRUE (75% des produits d’une gamme labellisée NATRUE doivent honorer ces critères). Elle fournit à ses consommateurs des informations claires sur sa marque. Elle fournit aussi le niveau de certification du label NATRUE obtenu par celle-ci, ou encore les ingrédients utilisés dans ses produits. Elle s’engage à adapter son discours marketing et sa communication à ces critères. Elle doit aussi respecter les directives de la Réglementation Cosmétique européenne.

Une mise à jour au long cours 

Une période transitoire est néanmoins laissée aux fabricants afin de réaliser l’ensemble de ces mises à jour. Ils auront jusqu’au 31 janvier 2022 pour les matières premières, et jusqu’au 31 janvier 2024 pour les produits finis déjà sur le marché.

Néanmoins, tout nouveau produit fini souhaitant être labellisé NATRUE, devra inclure, à compter du 1er février 2022, des matières premières approuvées ou labellisées NATRUE.

À propos de l’auteur

L'équipe de la Slow Cosmétique
Les membres de l'Association Slow Cosmétique se liguent pour faire la révolution dans votre salle de bain !