Le portrait Slow : Agnès de Koklaya

Agnès a créé le blog Koklaya pour aider les gens à prendre soin de leur santé et de leur beauté par les plantes.

Fascinée par la nature, Agnès est de celles qui réussissent à convaincre sans effort : c’est son exemple et l’efficacité de ses conseils qui attirent et font peu à peu suivre son chemin. Où mène-t-il ? À la Nature, bien sûr 😉 Rencontre avec cet esprit aussi curieux qu’engagé.

Merci Agnès d'avoir accepté cette interview Slow Cosmétique ! Peux-tu décrire ton blog Koklaya en quelques lignes ?

Bonjour et merci à vous de m’accorder cette interview 🙂

Dans mon blog, je propose de redécouvrir la nature. J’y donne des recettes beauté, des remèdes naturels. J’essaie d’apporter un peu plus de connaissance des plantes, de leurs vertus et de leurs utilisations. Vous y trouverez donc des conseils et des recettes beauté à partir d’ingrédients naturels ainsi que des remèdes santé et bien-être au naturel.

Koklaya est aussi l’occasion pour moi de faire connaître de petites entreprises éthiques et vertueuses et leurs produits.

Quel chemin t’a menée à ce blog engagé ? Raconte-nous ton histoire 😉

Mon amour de la nature a toujours été présent en moi : dès mon plus jeune âge, je voyais la nature comme un immense terrain de jeu et de découvertes. À travers les saveurs, les couleurs, les odeurs, les sensations, j’ai pu développer un lien fort avec la nature qui ne s’est jamais rompu, bien que j’habite actuellement à Paris. Allergique et asthmatique (kombo gagnant), le grand air est mon meilleur allié.

Quand je regarde ma famille, je réalise qu’il n’y a pas de hasard : ma maman a toujours aimé cultiver son jardin, et il ne se passe pas un jour sans qu’elle y aille un moment, mon grand-père lui aussi était un grand jardinier sur son temps libre. Finalement, la nature fait partie intégrante de ma culture familiale. C’est donc tout naturellement qu’à chacun de mes voyages je rapporte graines et boutures (quand cela est possible) et j’essaye de les faire prendre sur mon balcon. J’aime l’appeler « l’arche de Noé des plantes ».

Puis, il y a quelques années, je suis retournée sur ma terre natale, la Guadeloupe. Partie à la découverte de ma famille et de mon île, j’ai adoré la fabuleuse flore de Guadeloupe, ses secrets ancestraux, ses traditions mais aussi ses nombreuses plantes médicinales. Et c’est peut-être à ce moment précis que j’ai eu le déclic : il était nécessaire que je partage mes découvertes et mes connaissances. Il y a tellement à faire juste en regardant autour de nous. Le merveilleux pouvoir des plantes doit être connu de tous.

Issue d’une formation supérieure en marketing et e-commerce, créer mon blog Koklaya a été l’opportunité d’utiliser mes compétences à bon escient, au profit de mes connaissances, de ma passion et surtout de mes lecteurs, que je ne remercierai jamais assez.

Comment as-tu découvert la Slow Cosmétique ?

Sur mon blog, je propose des recettes beauté et santé maison, mais il est important pour moi de proposer également des alternatives prêtes à l’emploi. C’est d’ailleurs souvent plus facile de commencer une transition slow avec un produit « clé en main » quand on a peu de temps à consacrer à sa routine beauté.

Je me suis tournée vers la Slow Cosmétique tout naturellement car elle récompense des petites entreprises éthiques, dont les produits ont d’excellentes compositions. La Slow Cosmétique est une réel un gage de qualité, de confiance et d’authenticité.Grande lectrice, j’ai aussi découvert la Slow Cosmétique à travers les ouvrages de Julien Kaibeck aux éditions Leducs. D’ailleurs je vous les recommande, en particulier son petit dernier Ma famille Slow Cosmétique ! Une façon simple et sympa d’aborder la Slow Cosmétique pas à pas.

Qu'est ce qui te plaît dans la démarche Slow Cosmétique ? Pourquoi es-tu “Ambassadrice Slow Cosmétique” ?

Lors de ma découverte de la Slow Cosmétique, j’ai découvert de supers marques aux « compo » très qualitatives, mais également une équipe chaleureuse, à l’écoute, avec une réelle envie de faire connaître une cosmétique plus éthique et saine.

J’ai donc décidé de devenir ambassadrice Slow Cosmétique afin de proposer à mes internautes un marketplace 100% transparent avec des marques françaises proposant des produits sains à des prix franchement raisonnables. À l’heure où le greenwashing est partout, il faut être vigilant sur ce qu’on consomme, il est donc important de pouvoir identifier les vrais acteurs de la Slow Cosmétique.

Qu'est-ce qui compte le plus pour toi quand tu achètes un produit Slow Cosmétique ?

La composition en fonction de mon besoin. Avec le temps, je comprends mieux comment ma peau et mes cheveux réagissent selon les situations et les soins. En général, je privilégie les produits comprenant le moins de composants possibles pour me rapprocher au maximum de la matière brute. J’aime aussi découvrir de nouveaux produits avec des ingrédients que je n’ai encore jamais testés (exotiques ou non).

Entrons dans ta salle de bains… Quelle est ta routine Slow Cosmétique le matin ?

Bienvenue dans ma petite salle de bain parisienne 🙂

Après avoir pris ma douche, je commence par mes cheveux. Secs et bouclés, ils ont besoin de beaucoup d’attention (ils n’en ont jamais assez). Sur cheveux mouillés, j’applique du gel d’aloe vera, puis, pour sceller l’hydratation, j’applique quelques gouttes d’huile végétale d’avocat sur les pointes et longueurs. Je laisse sécher à l’air libre, je n’ai jamais réussi à maîtriser l’Art du sèche-cheveux.

Puis je me passe rapidement une huile végétale sur le corps (chanvre par exemple) ou encore mieux, du beurre végétal (mangue ou cacao). Et évidemment, on passe par la case déodorant naturel.

Côté visage, je commence toujours par me rafraîchir avec un hydrolat (de la Rose à la carotte sauvage, j’aime bien varier). Puis vient mon moment préféré, l’application d’huile végétale ou d’un macérât huileux. En ce moment, j’utilise un macérât de lys blanc. Je chauffe quelques gouttes d’huile dans mes mains et je l’applique en massant mon visage durant 2 à 3 minutes.

Si j’y pense, j’ajoute un anti-cerne, puis j’applique mon baume ou ma crème. Je n’oublie jamais d’hydrater mes lèvres avant de me maquiller. Côté maquillage justement, je fais plutôt simple : un peu de poudre matifiante, du blush, un trait de crayon et un brin de mascara.

Ton exemple a-t-il convaincu des proches d'utiliser des produits Slow Cosmétique ? Que réponds-tu à ceux qui trouvent tes habitudes/produits bizarres ?

En premier lieu, je pense que chacun de nous a une habitude slow depuis l’enfance, sans même le savoir, que ce soit une infusion de thym lorsqu’on a la gorge prise, ou encore un peu de miel sur un bouton pour le faire disparaître, le gommage au sucre ou au café. Alors, finalement, depuis quand utilisez-vous un produit slow ?

Aujourd’hui, mon entourage proche et ma famille ont commencé à introduire des produits slow dans leur routine. Ma maman a commencé avec les soins cheveux et les sérums visage, aujourd’hui, elle crée elle même ses propres macérats huileux avec les fleurs du jardin !

Certaines de mes amies ont testé mes produits et se sont laissées tenter. Mon amie du sud par exemple a définitivement adopté l’huile « belle chevelure » de Marisson après mon séjour à Marseille. Une autre le savon surgras « avocat karité » de la Savonnerie du Cèdre. Un délice pour les peau sèches et réactives ! D’autres encore ont fait appel à moi pour un problème particulier : tâche brunes, imperfections, soins des cheveux bouclés, etc. Et depuis, ont commencé leur transition Slow Cosmétique .

Plus étonnant, mon copain a été le premier à vouloir essayer mes produits par curiosité. Aujourd’hui, il ne peut plus se passer de sa petite huile pour le visage 🙂

En règle générale, je ne tombe pas sur des grands réfractaires aux produits slow quand je leur explique ma façon de voir les choses sans jamais l’imposer. Les plus résistants, je les amadoue avec mon rhum médicinal 🙂

Plus sérieusement, le retour aux sources est urgent ! Je suis de celles qui doivent voir pour croire. C’est pour cela que je fais tester mes produits à mes amis afin qu’ils jugent par eux même des résultats. Puis, j’essaye de les sensibiliser sur la composition des produits et la présence dans les cosmétiques « classiques » de composants vraiment pas terribles comme les tensioactifs agressifs, perturbateurs endocriniens, etc. Certaines compositions font vraiment flipper. Il est important pour moi d’expliquer que l’utilisation de certains produits peut vraiment être néfaste à notre organisme et à l’environnement plus globalement.

Quel est le conseil le plus important que tu donnes à quelqu’un qui débute une démarche de beauté slow ?

LE PLAISIR. Quand on débute une démarche slow, c’est souvent à partir d’un besoin bien précis. Moi, c’était pour prendre soin de mes boucles et surtout les garder hydratées et rebondies le plus longtemps possible. Ma maman, elle, est entrée dans une démarche slow grâce à l’aromathérapie. L’idée n’est pas de créer mais de combler un besoin.

Mon meilleur conseil pour débuter un démarche slow, c’est d’inclure un tout petit geste simple et rapide dans son quotidien (par exemple l’application d’une huile végétale matin et soir sur son visage). Au fil du temps vous rajouterez de plus en plus de petits gestes, sans même vous en rendre compte. Et bien vite, vous serez entouré de carrés démaquillants réutilisables, d’hydrolats, d’huiles végétale et d’aloe vera.

Si tu étais un ingrédient typique de la Slow Cosmétique, lequel serais-tu et pourquoi ?

Ah si je devais choisir un ingrédient Slow Cosmétique je serais sans doute un beurre végétal de mangue ou de cacao ! Mais s’il ne faut en choisir qu’un se serait le beurre de mangue. Il est idéal pour prendre soin de mes boucles, et il assouplit et adoucit ma peau. Donc si je ne devais emporter qu’un seul produit dans ma valise, ce serait celui-ci. Peau et cheveux secs seront conquis dès l’application 🙂

Si tu étais un produit zéro déchet, lequel serais-tu ?

Le BEE WRAP PARDI !! Vous savez, le remplaçant de la cellophane : un morceau de tissu enduit de cire d’abeille, qui va aider à conserver vos aliments (sauf la viande). Manger et cuisiner fait partie intégrante de mon quotidien, alors évidemment, le bee wrap est mon meilleur allié zéro déchet pour conserver mes petit plats. (D’ailleurs, si Jacquouille s’aventurait à manger un sandwich emballé dans un bee wrap, il serait moins malade qu’avec de la cellophane 🙂 ) !

Si tu étais une plante, laquelle serais-tu ?

Si j’étais une plante, j’aime à croire que je serais une fleur d’hibiscus. Appelée gwozey peyi (groseille pays) ou groseille de Noël aux Antilles et Bissap en Afrique, cette fleur est autant vertueuse pour l’organisme que pour la peau et les cheveux. Très antioxydant, le jus de bissap est par exemple beaucoup utilisé durant les périodes de jeûne comme le ramadan. L’hibiscus stimule la pousse des cheveux et les fortifie en soin externe. Il est aussi utilisé dans les soins anti-âge. Et pour couronner le tout, la fleur d’hibiscus est magnifique.

Quels sont tes 3 produits Slow préférés, et comment les utilises-tu au quotidien ?

  • Le baume démêlant « pana prana » des Délices d’Azilys. Ce baume a été l’un des premiers produits Slow Cosmétique que j’ai adoptés. Mes cheveux sont longs et bouclés alors ils ont besoin de nutrition et de douceur. Et pour le coup, avec ce baume c’est jackpot car il contient entre autres : huile de baobab, huile de dattier du désert, beurre de karité. Après ce soin, mes cheveux sont démêlés, nourris et mes boucles hydratées. Mon indétrônable coup de cœur capillaire.

  • Le gel d’aloe vera Bioflore (boucles obligent 🙂 ). Le gel d’aloe vera est un incontournable de ma routine « curly » quotidienne. Mais je l’utilise aussi pour apaiser une allergie, une  piqûre de moustique ou mes coups de soleil.

  • L’eau florale « rose burgundy » de Marisson. L’hydrolat est juste indispensable matin et soir pour apaiser et rafraîchir ma peau. Sujette aux allergies, ma peau est très réactive, je vaporise donc l’hydrolat au moins 3 fois par jour pour retrouver un peu de confort.

Merci Agnès !
Retrouvez ses posts pédagogiques sur son blog 🙂

À propos de l’auteur

Une réflexion au sujet de « Le portrait Slow : Agnès de Koklaya »

Veuillez patienter...

Vous venez d'ajouter ce produit à votre panier :

Voir mon panier et commander

Voir mon panier et commander