Le portrait Slow de Monica, du blog Le Zéro Déchet Facile

Monica est une Ambassadrice Slow Cosmétique engagée pour le zéro déchet. Elle revient sur son parcours et livre ses conseils clés.

Être une jeune maman active et très engagée, c'est la voie choisie par Monica, Ambassadrice Slow Cosmétique. Doit-on tout faire soi-même ? Peut-on vraiment arriver au zéro déchet ? Elle nous explique son chemin et nous partage ses astuces pour un quotidien engagé mais sans pression.

Merci Monica d'avoir accepté cette interview Slow Cosmétique ! Peux-tu décrire ton blog en quelques lignes ?

Comme son nom l’indique, mon blog prône le zéro déchet Facile. Je m’adresse principalement aux débutant.e.s de manière ludique, décomplexée et surtout déculpabilisée. L’objectif lointain est le zéro déchet mais le plus important c’est de faire ce que l’on peut, petit à petit. Je parle évidemment de ma propre expérience mais aussi de l’écologie en général. Sur mon blog on peut trouver des astuces, des conseils, des expériences de vie et quelques recettes pour passer au zéro déchet. Il y a aussi une catégorie ciblée jeunes enfants car j’ai moi-même découvert le zéro déchet lors de ma première grossesse.

Quel chemin t’a menée au zéro déchet et à tes prises de parole publiques ? Raconte-nous ton histoire 😉

Lors de ma première grossesse en 2014, j’ai débord été sensibilisée aux dangers des perturbateurs endocriniens et des pesticides. Je me suis donc dirigé vers le BIO dans un premier temps. Puis, quelques mois plus tard, j'ai découvert le concept de zéro déchet grâce à un reportage sur Bea Johnson. À l’époque, le zéro déchet était encore très marginal, peu de sites en parlaient. C’est pourquoi j’ai ouvert mon blog et proposé un défi par semaine afin d’avancer en groupe vers le zéro déchet. Très vite une maison d’édition m’a proposé d’écrire un guide pratique sur le zéro déchet, puis un second. Grâce à cette petite notoriété j’ai commencé à recevoir des demandes de conférences. Depuis 2 ans, je me suis lancée à 100% dans cette voie professionnelle et je m’éclate !

Comment as-tu découvert la Slow Cosmétique ?

Très vite, dans ma pratique du zéro déchet, j’ai compris qu’il fallait faire maison, faire soi-même tout ce qui était possible. Néanmoins, je n’aime pas trop jouer à l’apprenti chimiste, j’ai donc opté pour des produits bruts et naturels dans ma salle de bains. Notamment des savons saponifiés à froid de chez moi dans la Drôme, de la marque Gaiia. En fait, c’est Franck, le savonnier de Gaiia qui m’a le premier parlé de Julien Kaibeck et du mouvement Slow Cosmétique.

Qu'est ce qui te plaît dans la démarche Slow Cosmétique ? Pourquoi es-tu “Ambassadrice Slow Cosmétique” ?

La Slow Cosmétique, tout comme le zéro déchet, prône un retour aux choses simples et naturelles. Bien entendu, les produits labellisés Slow Cosmétique respectent la nature, mais aussi notre santé et nos peaux. C’est un gage de sécurité pour la maman que je suis.

Qu'est-ce qui compte le plus pour toi quand tu achètes un produit Slow Cosmétique ?

Le premier critère pour moi, est la composition du produit. Je privilégie un produit contenant peu d’ingrédients et tous naturels. Puis le BIO et enfin le Made In France.

Entrons dans ta salle de bains… Quelle est ta routine Slow Cosmétique le matin ?

Pendant longtemps, mes premières années de maman surtout, j’ai peu pris soin de moi. Cependant, depuis quelques temps je reprends plaisir à le faire. Néanmoins, le matin reste un moment très speed de ma journée c’est pourquoi j’ai un rituel très simple le matin et un peu plus élaboré le soir.

Lorsque je me lève, je bois un grand verre d’eau pour hydrater mes cellules, puis je me lave le visage au savon surgras. Ensuite, j’applique une noix d’huile de jojoba bio qui me sert de crème de jour/nuit et de démaquillant. Enfin, j’applique un peu de maquillage bio et rechargeable de la marque Zao (encore une marque de ma région).

Quel est le conseil le plus important que tu donnes à quelqu’un qui débute une démarche de beauté Slow et zéro déchet ?

Toujours commencer petit et pas à pas. Lorsqu’on a le déclic, on a tendance à tout vouloir changer du jour au lendemain. C’est non seulement très compliqué à faire mais c’est aussi prendre le risque de trop en faire et avoir l’impression que la tâche est insurmontable. Allez à l’essentiel en choisissant un bon savon. Puis, si l’envie vous prend, fabriquez-le vous-même.

Si tu étais un ingrédient zéro déchet typique de la Slow Cosmétique, lequel serais-tu et pourquoi ?

L’argile ! Blanche ou verte selon les utilisations, elle sert à tellement de choses ! En masque pour le visage, en baume pour les cheveux, en cataplasme pour les problèmes de peau, en ingrédient pour le dentifrice et encore bien d’autres.

Si tu étais une plante, laquelle serais-tu ?

Choix difficile... J’adore les plantes. Elles ont toutes leurs propriétés. Je vais dévier un peu et choisir plutôt un arbre : l’eucalyptus. Nous en avons des forêts entières de là d’où je viens, dans le nord du Portugal. C’est un arbre très odorant qui me rappelle pleins de bons souvenirs. On peut en faire du dentifrice ou encore des bains vapeur façon hammam.

Quels sont tes 3 produits Slow préférés, et comment les utilises-tu au quotidien ?

Merci Monica !

Retrouvez ses posts militants sur son blog lezerodechetfacile.com

À propos de l’auteur

L'équipe de la Slow Cosmétique
Les membres de l'Association Slow Cosmétique se liguent pour faire la révolution dans votre salle de bain !