Le portrait Slow de Victoria, du blog Mango & Salt

Engagée sur plusieurs fronts, Victoria est aussi Ambassadrice Slow Cosmétique. Portrait de cette globe-trotteuse touche à tout.

Avec ses racines belge et colombienne et ses multiples lieux de vie (dont Paris, Barcelone ou encore Amsterdam), Victoria a souhaité faire résonner diversité et curiosité sur son blog Mango & Salt. Touche à tout de nature, elle y parle aussi bien de beauté naturelle que de naturopathie, de voyages éthiques ou encore de romans policiers ! Interview de cette Ambassadrice Slow Cosmétique aux multiples engagements 😉

Merci Victoria d'avoir accepté cette interview Slow Cosmétique ! Peux-tu décrire ton blog Mango & Salt en quelques lignes ?

Mango & Salt est un blog lifestyle "green" qui met en lumière un style de vie naturel, authentique et conscient. J’y partage de façon personnelle mes découvertes dans différents domaines du quotidien (alimentation végétarienne, mode éthique, beauté naturelle, bien-être, plantes, culture, voyage…), toujours avec une sensibilité écologique et éthique, et dans un esprit bienveillant.

Quel chemin t’a menée à ce blog engagé ? Raconte-nous ton histoire et celle de Mango & Salt 😉

Quand j’ai lancé Mango & Salt en 2010, la ligne éditoriale était un peu différente – déjà multi-thématique, mais sans cette fibre responsable qui la caractérise aujourd’hui. Ma première prise de conscience a eu lieu en 2012, via l’alimentation santé. J’ai réalisé l’importance de me nourrir de façon plus saine et naturelle, mais aussi plus végétale, loin des produits ultra transformés et très inflammatoires qui peuplent nos supermarchés. Cela a vraiment changé mon quotidien : je me suis sentie beaucoup mieux physiquement, mais aussi plus "ancrée" d’une certaine manière. C’est à partir de ce moment que mon regard de consommatrice "passive" est devenu celui d’une consomm’actrice. J’ai commencé à m’intéresser aux étiquettes, aux compositions, à l’impact de ce que j’achetais, et cela a été le début d’un grand chamboulement. Au fil des années suivantes, cet esprit s’est étendu à tous mes autres domaines de consommation !

Comment as-tu découvert la Slow Cosmétique ? Qu'est ce qui te plaît dans cette alternative de consommation ?

Les cosmétiques ont été ma deuxième grande prise de conscience après l’alimentation, et finalement c’est assez logique : quand on réalise l’importance de ce que l’on ingère, on fait vite le lien avec ce que l’on applique sur sa peau, puisque c’est sensiblement la même problématique ! La Slow Cosmétique, naturelle, qualitative et ancrée dans une démarche de responsabilité éthique, est pour moi la réponse parfaite à ces questionnements. Comme pour l’alimentation, j’aime l’idée d’apporter à ma peau et mes cheveux de vrais bons ingrédients peu transformés. En prendre soin en profondeur plutôt que de me contenter d’un bénéfice immédiat mais superficiel. J’apprécie aussi beaucoup, d’un point de vue plus politique, pouvoir soutenir des petites marques qui diversifient le paysage et font des choix forts qui impactent directement l’économie locale, les artisans et/ou les producteurs locaux.

Est-ce que le label Slow Cosmétique t’aide à faire le tri quand tu cherches des produits vraiment engagés ?

En effet, c’est toujours très très bon signe ! L’avantage principal du label Slow Cosmétique à mon sens est qu’il dépasse les sigles qui ne certifient que l’origine des ingrédients utilisés (naturel, bio…). Il englobe des exigences qui me semblent importantes pour reconnaître un produit vraiment qualitatif pour la peau (qualité des huiles etc…), mais aussi pour creuser davantage la démarche écologique (dérivés de palme, emballages…) et éthique (structure indépendante, cycles courts, discours marketing…) qui se cache derrière le produit.

Entrons dans ta salle de bains… Quelle est ta routine Slow Cosmétique le matin ?

Le matin, mon but est de rafraîchir ma peau réactive sans la dessécher, et de bien la nourrir pour rester confortable toute la journée. Je commence par la nettoyer avec quelque chose de très doux, voire même une simple huile démaquillante. Ensuite je passe un peu d’hydrolat de fleur d’oranger sur tout mon visage, puis j’applique 2-3 pressions de sérum à l’acide hyaluronique pour repulper et prévenir les signes de l’âge. Je finis par une bonne dose de crème nourrissante afin d’assouplir l’épiderme et bien sceller l’hydratation.

Quel est le conseil le plus important que tu donnes à quelqu’un qui débute une démarche de beauté Slow ?

Je crois que pour se libérer des discours marketing abusifs et se sensibiliser à l’impact réel des produits que nous utilisons, la meilleure arme est de s’informer ! En consultant des ouvrages sur le sujet, en apprenant à décrypter les étiquettes (soi-même de préférence, plutôt qu’en faisant confiance aux critères d’une application commerciale), on apprend à faire des choix de plus en plus éclairés. Cela demande du temps et de l’effort, mais cela en vaut vraiment la peine !

Si tu étais un ingrédient typique de la Slow Cosmétique, lequel serais-tu et pourquoi ?

C’est sans doute une réponse tout aussi typique, mais je serais une huile végétale, certainement ! S’il n’en restait qu’un, ce serait celui-là, n’est-ce pas ? Les huiles végétales nourrissent peau et cheveux, elles peuvent nettoyer également, masser des zones douloureuses, servir de base pour des macérâts… Un essentiel de toute salle de bain, même si l’on débute tout juste en cosmétique naturelle !

Un produit zéro déchet ?

La lingette lavable et réutilisable ! C’est un grand indispensable pour moi au quotidien : j’en utilise tous les jours pour retirer mon huile démaquillante, un masque, ou pour appliquer de la lotion. Au-delà de la beauté, elles me servent aussi à débarbouiller mon chien par exemple ! Je ne pourrais pas m’en passer.

Une plante ?

La lavande, sans aucun doute ! C’est une plante qui a une grande valeur sentimentale pour moi, parce que ma grand-mère m’a initiée à ses bienfaits depuis toute petite. J’aime son parfum, mais aussi ses propriétés à la fois apaisantes et assainissantes, et sa grande douceur pour la peau.

Quels sont tes 3 produits Slow préférés, et comment les utilises-tu au quotidien ?

C’est une question cruelle, parce que j’en ai beaucoup plus que trois ! Mais puisqu’il le faut, je citerais quelques-unes de mes meilleures découvertes de ces derniers mois.

Sérum désaltérant à l’acide hyaluronique de Clémence & Vivien

Je suis une grande adepte de sérums à l’acide hyaluronique pour ma peau déshydratée, et celui de Clémence & Vivien est à la fois le plus agréable et le meilleur rapport qualité-prix que j’aie testé jusqu’à présent. Un produit accessible et efficace à la composition parfaite, que demander de plus ? J’en applique 2-3 pressions matin et soir avant ma crème nourrissante, et parfois un peu sur mes cheveux également, aux doigts, pour dompter mes frisottis !

Savons saponifiés à froid de Gaiia

Il y a bientôt 6 ans, j’ai abandonné les gels douche au profit des savons à froid (pour des raisons écologiques, mais aussi parce que ma peau à tendance atopique les supporte bien mieux), et je ne reviendrais en arrière pour rien au monde ! Ceux de Gaiia, l’une des marques pionnières en la matière, sont particulièrement agréables avec leur formulation surgrasse bien riche et crémeuse.

Lait corporel à la fleur d’oranger de Cozie

C’est le produit qui m’a réconciliée avec l’hydratation du corps, une tâche que jusqu’ici j’avais toujours détestée (je ne supporte pas quand ça colle et quand je dois attendre 10 minutes avant de pouvoir m’habiller confortablement !). La formule du lait corporel de Cozie est très fluide, elle est rapidement absorbée par la peau et ne laisse aucun fini gras. Je suis aussi très fan de son parfum, qui est divin mais aussi tout à fait discret – un argument de taille pour mon odorat sensible !

Merci Victoria !

Retrouvez ses posts militants sur son blog www.mangoandsalt.com

À propos de l’auteur
L'équipe de la Slow Cosmétique
Les membres de l'Association Slow Cosmétique se liguent pour faire la révolution dans votre salle de bain !