Les huiles essentielles interdites bientôt en Europe ?

Plusieurs voix se sont élevées récemment pour protester contre une possible interdiction des huiles essentielles en Europe. L'Association Slow Cosmétique fait le point.

Article mis à jour le 15/10/2021

flacons d'huiles essentielles

Courant 2021, différents acteurs du secteur des huiles essentielles (syndicat de producteurs, revendeurs, médias "nature"...) semblent avoir engagé une bataille contre les Institutions Européennes, à coup de pétitions et de mails alarmants à leurs communautés. Les huiles essentielles interdites ? Bientôt ? De quel danger s'agit-il exactement ? Les huiles essentielles sont-elles vraiment menacées en UE à l'horizon 2025 ? L'Association Slow Cosmétique décrypte pour vous cette actualité intrigante.

Quelles alertes à propos des huiles essentielles ?

Syndicat des PPAM contre les huiles essentielles interdites en Europe
Panneau du syndicat des PPAM en bordure de champ

C'est le syndicat des Plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PPAM) de France qui a lancé au début de l'été 2021 la pétition principale sur le sujet des HE menacées par une réglementation européenne imminente. Interviewé dans de nombreux médias, le président de ce syndicat Alain Aubanel, également producteur de lavandes dans le Vercors, affirme qu’il devra bientôt cesser sa production d’huile essentielle de lavande car elle serait classée en produit toxique par une nouvelle réglementation européenne.

L'Association Slow Cosmétique n'est pas en faveur des pétitions à tout va, mais pense que cette pétition-là peut être signée pour "marquer une volonté" face aux institutions de l'UE. Bien évidemment cependant.

Dans la pétition du syndicat des PPAM, la Stratégie pour la Durabilité dans le domaine des Produits Chimiques (proposée en octobre 2020 par la Commission européenne dans le cadre du Green Deal) serait "une nouvelle menace [après la réglementation REACH] car les méthodes pour évaluer les risques pour la santé et l’environnement ne tiennent pas compte de la complexité et de la spécificité des produits naturels et des huiles essentielles". Les huiles essentielles interdites, alors ? Pas vraiment, mais sérieusement empêchées de trouver leurs clients.

Depuis, plusieurs relais assez alarmistes ont été faits par différents acteurs de la vente d'huiles essentielles ou des médias liés aux médecines douces, tous dénonçant la mise en danger (voire la "destruction") des huiles essentielles à l'horizon 2025. Parfois, certains de ces relais véhiculent une information incorrecte.

Pourquoi ces craintes d'huiles essentielles interdites ?

Concrètement, le travail de la Commission Européenne consiste à faire clarifier par voie d'étiquetage les composés allergènes, potentiels perturbateurs endocriniens ou encore cancérigènes. Les producteurs d'huiles essentielles craignent donc que la signalétique obligatoire sur les produits chimiques devienne de facto la norme sur les HE. La tâche deviendrait alors tellement lourde et dissuasive que plus aucune marque de cosmétique ni aucun particulier ne se risquerait à en utiliser. Sans parler également du surcoût pour les producteurs causé par l'alourdissement des démarches administratives associées.

Parmi les voix qui s'opposent à cette nouvelle réglementation, hélas il y a d'une part ceux qui comprennent mal la législation (lire plus loin), mais il y a aussi des structures qui "profitent" du débat pour recruter des adresses e-mail avec des pétitions. Ainsi par exemple la plume du personnage virtuel Augustin de Livois, rédacteur de la lettre Alerte Santé, publiée par Santé Nature Innovation. Il craint la même manœuvre que celle infligée à l'herboristerie en 2011, victime de débats "biaisés", ce qui "avait réduit l’usage des plantes médicinales dans toute l’Europe sous couvert de protection du consommateur" comme expliqué dans sa pétition (que nous vous conseillons de ne PAS signer).

huiles essentielles

Quelle réalité dans les faits à ce jour ?

Du point de vue du calendrier, pas de changement imminent, comme le confirme la Commission Européenne interrogée par Ouest France : "Il n’y aura pas de proposition législative avant fin 2022 et cette proposition devra être ensuite discutée puis adoptée par le Parlement européen d’un côté et par le Conseil qui réunit les 27 États membres de l’autre. Cela veut dire que la nouvelle législation n’entrera pas en vigueur avant 2025."

Et concrètement, nul ne sait encore ce que contiendra la proposition législative prévue fin 2022, sachant que celle-ci devra ensuite obtenir l’accord des députés européens. Or les filières des Plantes à parfum, aromatiques et médicinales représentent 3500 producteurs en France métropolitaine qui cultivent sur 59000 hectares, représentant un poids agricole et économique non négligeable. Il est donc très peu probable qu'un texte à ce point réducteur et inadapté aux spécificités des huiles essentielles puisse passer au Parlement européen tel que le craignent les pétitions qui circulent.

Que faire pour protéger les huiles essentielles de nos terroirs ?

Même si l'Association Slow Cosmétique estime que ces alertes sont pour l'instant trop extrêmes au regard des éléments concrets fournis par les institutions européennes, la vigilance doit rester de mise bien sûr. En effet, le mouvement Slow Cosmétique est depuis 2013 très impliqué dans le soutien et la promotion des huiles essentielles et des savoir-faire artisanaux requis.

L'Association surveille donc les évolutions réglementaires avec le plus grand soin, afin de prendre position le cas échéant avec toute sa force et ses moyens, pour protéger ses artisans labellisés cultivateurs et distillateurs.

Cueillette de lavande pour distillation en huiles essentielles
®Ferme du Hitton
À propos de l’auteur
L'équipe de la Slow Cosmétique
Les membres de l'Association Slow Cosmétique se liguent pour faire la révolution dans votre salle de bain !