Tout sur l'Ecolabel européen

Automne 2021 : l'Ecolabel européen a révisé ses critères d'attribution. Explications de l'Association Slow Cosmétique.

Fin octobre 2021, la Commission Européenne a entériné la révision des critères d'attribution de son Ecolabel. Cela implique l'inclusion des cosmétiques non rincés (crèmes, maquillage, déo, soins solaires...) ainsi que les produits de soin pour animaux. Quels sont ces critères et que garantit exactement l'Ecolabel européen à présent ? Décryptage de l'Association Slow Cosmétique.

cosmétiques et label

Qu'est-ce que l'Ecolabel européen ?

Il s'agit d'un label créé en 1992 par la Commission européenne, afin de favoriser le développement de produits (biens et services) plus respectueux de l'environnement et de la santé. Les critères englobent tout le cycle de vie du produit, de l’extraction des matières premières à leur utilisation, en passant par leur fabrication. Cet Ecolabel peut être apposé sur 24 catégories de produits différentes, dont les cosmétiques. On le connaît surtout pour sa présence très récurrente sur certains détergents et produits ménagers dits "écologiques".

Pour chaque catégorie, la Commission européenne a conçu des référentiels, qui résultent d’un travail mené en lien avec les différentes parties prenantes (ONG, associations de protection de l’environnement, consommateurs, industriels, institutionnels. Parmi les parties prenantes pour la catégorie cosmétique, on retrouve notamment l'Association Slow Cosmétique. Le référentiel de l'écolabel inclut aussi le screening d’études scientifiques en lien avec le cycle de vie des produits.

L'objectif ? Uniformiser la distinction d'une offre éco-responsable au niveau européen avec une grille de critères claire. Jusqu'en 2021, seuls les cosmétiques rincés (gels douche, shampoings, lotions rasage, dentifrices...) étaient éligibles dans la catégorie cosmétique, mais cela vient de changer. La publication 2021/1870 de la Commission européenne du 22 octobre 2021 acte en effet la révision des critères de l'Ecolabel.

Ecolabel pour les cosmétiques

Quelles garanties pour les cosmétiques validés par l'Ecolabel ?

Les critères d’attribution de l'Ecolabel de l’UE aux "produits cosmétiques" sont les suivants :

  1. toxicité mesurée pour les organismes aquatiques: volume critique de dilution (VCD) des produits à rincer ;
  2. biodégradabilité des produits à rincer ;
  3. toxicité aquatique et biodégradabilité mesurée des produits sans rinçage ;
  4. absence substances exclues ou soumises à restrictions ;
  5. emballage éco-friendly ;
  6. approvisionnement durable en huile de palme, huile de palmiste et leurs dérivés ;
  7. aptitude à l’emploi ;
  8. information sur le label écologique de l’UE.

L’Ecolabel vise avant tout une écotoxicité réduite, en valorisant les produits facilement biodégradables et le moins d’emballages possible (eux-mêmes recyclables). Utiliser des matières recyclées et des emballages rechargeables est encouragé. De même concernant les approvisionnements en matières premières, souhaités durable notamment avec l’huile de palme, l’huile de palmiste et leurs dérivés.

La révision d'octobre 2021 prévoit une interdiction totale des substances cancérigènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction. Idem avec les "substances extrêmement préoccupantes", les nanomatériaux (tels que considérés par le Règlement Cosmétique Européen), les substances identifiées ou suspectées d’avoir des propriétés de perturbateur endocrinien, les phtalates, les substances perfluorées et polyfluorées, ainsi que les microplastiques.

cosmétiques et Ecolabel

La position de l'Association Slow Cosmétique vis-à-vis de cet Ecolabel

Malgré certaines avancées en matière d'écologie dans le référentiel de l'Ecolabel européen pour les cosmétiques, ce label reste assez peu restrictif si on le compare aux labels bio et au label Slow Cosmétique.

Ainsi, quantité d'ingrédients qui ne sont pas tolérés par les labels bio ou le label Slow Cosmétique sont encore susceptibles de se retrouver dans des cosmétiques qui portent l'Ecolabel. On pense notamment à toute une série de matières siliconées ou de polymères cosmétiques, et aussi pas mal de conservateurs polémiques.

L'Ecolabel sur un produit cosmétique à rincer est un bon gage d'écologie, mais il ne dit rien sur :

  • le côté naturel d'une formule, et a fortiori bio
  • l'absence totale d'ingrédients que le monde de la bio et la Slow Cosmétique désignent comme polémiques pour la santé.
  • la noblesse de la formule (huiles de qualité, actifs de qualité, etc.).
  • l'engagement environnemental et sociétal de la marque qui a sorti le produit
À propos de l’auteur
L'équipe de la Slow Cosmétique
Les membres de l'Association Slow Cosmétique se liguent pour faire la révolution dans votre salle de bain !