Votez chaque jour, par vos achats, avec i-boycott.org

I-BoycottAcheter ou non un produit, c'est soutenir ou pas ceux qui le fabriquent. Or, le faire de façon organisée et constructive, c'est bien plus efficace. C'est ce que propose la plateforme i-boycott.org. On vous explique tout ça en détail !

Un achat = un vote

On l'oublie souvent tellement acheter fait partie de notre quotidien, presque un réflexe trop bien ancré, mais un achat = un vote. Eh oui, acheter, c'est confirmer au fabricant qu'on apprécie son produit, mais c'est aussi lui donner les moyens d'en faire encore plus dans la même veine (en quantité ou en déclinaisons). Bref, acheter, c'est soutenir, encourager, décupler... donc autant le faire à bon escient ! Or les médias ou lanceurs d'alertes signalent régulièrement en France comme ailleurs des pratiques polémiques chez des sociétés pourtant connues et influentes : pollution, déforestation sauvage, manque d'éthique...

Révoltés, nous pouvons décider de refuser d'acheter ces produits/services contestables, mais faisons-nous vraiment le poids face à ces millions d'intérêts et de bénéfices, nous qui n'avons que notre petit portefeuille et nos habitudes à mettre dans la balance ?

La réponse est évidemment oui, car un portefeuille fermé + un autre portefeuille + un autre portefeuille (vous avez compris l'idée ;-)) = un sacré manque à gagner pour la marque ! Le tout étant donc de jouer groupés, et pour ça, un petit coup de pouce s'impose !

I-boycott.org, où l'union fait la force !

I-Boycott

La plateforme i-boycott.org, créée par deux frères lyonnais et émanant de l'association du même nom, propose un concept à la fois fort et positif : unir des consom'acteurs pour soutenir des modèles/alternatives plus responsables.

> Étape 1 : obtenir des réponses des entreprises boycottées

L'originalité du concept i-boycott, c'est d'abord d'établir un dialogue pour faire évoluer les marques visées. Dans les campagnes menées sur la plateforme, une fois un seuil minimal de boycotteurs atteint, la marque reçoit ainsi un courrier officiel de i-boycott, l'informant de la mobilisation en cours et des reproches qui lui sont faits. La plupart du temps, elle répond (relais par i-boycott), et si sa réponse convainc les boycottants, la campagne est clôturée. Si non, elle se poursuit et la marque est de nouveau sollicitée, et ainsi de suite.

> Étape 2 : encourager des voies plus vertes/responsables

Dans chaque campagne qu'on trouve sur i-boycott, il y a toujours un onglet "Alternatives" dans lequel chaque boycottant peut proposer une alternative et voter pour celles qui sont déjà listées. Il promeut ainsi le "buycott" : l'achat/l'habitude conscient(e) qui soutient volontairement une autre voie.

> Étape 3 : lire, échanger, proposer pour éveiller les consciences

Au-delà de voter pour/contre un concept, de soutenir une campagne ou de proposer des alternatives, la plateforme i-boycott.org permet d'abord d'informer, de relayer des faits qui nous concernent tous dès lors que nous consommons les produits ou services qui en découlent. Nous apprenons, nous décryptons, nous échangeons, en un mot : nous devenons critiques et actifs dans nos choix de vie et d'achat, et ça ce n'est pas rien, chapeau les Lyonnais 😉

La Slow Cosmétique, qui nous invite à repenser nos choix de produits d'hygiène et de beauté, ne pouvait que soutenir une initiative aussi collaborative et positive. Parce que nous avons tous notre rôle à jouer, chaque jour, mais qu'ensemble on est plus forts, rendez-vous sur i-boycott.org pour découvrir les campagnes en cours et visitez www.slow-cosmetique.com pour soutenir par vos achats les fabricants de cosmétiques responsables.

Vous aussi, faites entendre votre voix !

À propos de l’auteur

L'équipe de la Slow Cosmétique
Les membres de l'Association Slow Cosmétique se liguent pour faire la révolution dans votre salle de bain !